Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos

Publié le par Monique

La pétillante Thyda quelques minutes avant notre départ.

La pétillante Thyda quelques minutes avant notre départ.

3 février 2020 : Quelle journée !

A 8 h, nous quittons  avec beaucoup d'émotion, Thyda et sa touchante famille, un minibus pour Stung Treng nous attend. Nous prenons des personnes en cours de route, plus ou moins chargées. Un homme monte à l’avant avec un panier d’où s’échappent des pépiements. Plus loin, nous chargeons un carton également plein de poussins que le chauffeur pose sur le siège arrière… La dame assise à côté de moi nous offre quelques fruits séchés.

Nous changeons une nouvelle fois de minibus, direction la frontière cette fois-ci. Nous sommes 14 touristes. Un peu avant 13 h, le bus nous laisse devant un restaurant où on nous donne les formulaires à remplir pour passer la frontière. Puis nous devons aller avec nos lourds bagages sur 300 m jusqu’au poste frontière où le douanier nous demande 2 $ pour apposer le tampon sur notre passeport attestant de notre sortie du Cambodge. Nous refusons (no, no, no ! no charge for a stamp !) il n’insiste pas et nous rend nos passeports tamponnés. Première étape réussie ! Mais ne nous réjouissons pas trop vite car cela va se corser côté Laos.

Nouvelle traversée du no man’s land, chargés sous une chaleur écrasante, il est 13 h.  Ici  aussi, le douanier nous demande 2 $ en plus des 30 $ du visa laotien. Devant notre refus collectif, il garde tous les passeports et ferme son guichet. Nous voilà bons pour attendre jusqu’à ? Un nouveau minibus est là pour le transfert vers Nakasang mais le chauffeur ne veut pas attendre et nous plante là ! Les douaniers ricanent derrière leur vitre. Nous attendrons trois heures avant que l’un de nous craque et nous payons alors tous 1 $ par passeport au lieu de 2 $. Les passeports nous sont aussitôt rendus. Un chauffeur de bus (les douaniers ont refusé de nous rendre ce service, bien sûr !) accepte de téléphoner à notre compagnie pour qu’on nous renvoie un véhicule. C’est le même chauffeur qui revient mais avec un minibus pour 9 et nous sommes 14. Avec toute la mauvaise volonté possible, il jette nos bagages à l’extérieur du minibus, rabat des sièges à l’arrière et attache nos sacs sur le toit avec une corde. Par miracle, il n’en manquera aucun à l’arrivée. Nous nous entassons donc à 14, pressés d’en finir avec cette journée galère. Mais l’aventure est loin d’être terminée.

 

Embarcadère de Nakasang

Embarcadère de Nakasang

Arrivés à Nakasang, le chauffeur stoppe à 500 m de l’embarcadère pour l’île de Don Det. Nous nous demandons s’il y aura encore une traversée à cette heure tardive. Un jeune homme me propose d’échanger mon gros sac contre son petit sac bien plus léger. Merci encore à lui ! Soulagement collectif lorsque nous voyons qu’il y a encore des barques. Après quelques minutes d’attente, notre groupe commence à embarquer, Alain monte sur la barque et y dépose nos gros sacs. Mais le conducteur lui demande de descendre, il a atteint le nombre voulu de passagers. Et la barque s’en va, avec nos sacs, tandis que j’ai toujours celui du jeune homme. Nous prenons la barque suivante dans laquelle nous ne serons que quatre. Au débarcadère, nous trouvons nos sacs abandonnés sur la plage. Le jeune attend en haut, dans le village, pour récupérer le sien. Bon, ça, c’est fait !

Prochaine étape : se rendre à la Tavendang guest house, à l’autre extrémité de l’île. Il fait nuit à présent. Pas de tuk-tuk en vue. Un homme nous propose de trouver quelqu’un pour nous y amener. Arrive une vieille moto attelée sur le côté à une carriole.

Voici le véhicule en question, mais pour le nôtre, la moto était sur la droite.

Nous devons d’abord marcher un peu car la moto ne peut pas monter, puis nous grimpons dans la carriole et c’est parti pour le trajet le plus long de mon existence ! Après avoir parcouru la rue commerçante du village, nous nous retrouvons le long du Mékong, dans le noir, sur un sentier défoncé, avec des passages sur des ponts de planches. Nous devons parfois descendre pour alléger la carriole avant de traverser à pied. Le conducteur donne son téléphone à Alain pour éclairer le sentier. On frôle le bord de la rive, je devine l’eau noire du fleuve… Cela n’en finit pas ! Quel stress ! Epuisés, nous arrivons enfin à la guesthouse avec soulagement. La gérante, nonchalante (elle ne sait pas ce que nous venons de subir !), nous attribue une chambre dans un bungalow sur le Mékong avec hamac et terrasse sur l’eau. Nous commandons deux  fried rice, puis allons nous coucher sans plus attendre.

Voici un aperçu du trajet. Imaginez-le dans l'obscurité...

Voici un aperçu du trajet. Imaginez-le dans l'obscurité...

Le nôtre, c'est celui de gauche, cool, non ?
Le nôtre, c'est celui de gauche, cool, non ?
Le nôtre, c'est celui de gauche, cool, non ?
Le nôtre, c'est celui de gauche, cool, non ?

Le nôtre, c'est celui de gauche, cool, non ?

4 février2020 :

Nous partons vers 10 h à pied sur l’île de Don Khone. Pour y accéder nous traversons le pont français de 150 m de long et construit en 1919, tout proche de notre bungalow.

Nous prenons nos repères sur la carte de l’île près de la locomotive française retrouvée dans la jungle et exposée là. Nous traversons les rizières jaunies par le soleil brûlant.

 

Nous découvrons, émerveillés, les chutes de Li Phi. Nous sommes en période sèche, mais certaines cascades ont tout de même un bon débit. C'est splendide !

Nous croisons trois de nos compagnons de voyages et de douane...

LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos

Nous déjeunons ensuite au restaurant Tokham Sarmxok , légumes et poulet aux noix de cajou pour Alain, légumes, ananas et poulet sauce aigre-douce pour moi. Un régal ! Le patron nous offre un verre de lao-lao, alcool de riz. Nous faisons ensuite une sieste dans les hamacs sur notre terrasse.

 

C'est le premier restaurant à gauche du pont, Tokham Sarmxok, qui a eu notre préférence pendant ce séjour sur l'île. Délicieux et le patron est tellement gentil !
C'est le premier restaurant à gauche du pont, Tokham Sarmxok, qui a eu notre préférence pendant ce séjour sur l'île. Délicieux et le patron est tellement gentil !
C'est le premier restaurant à gauche du pont, Tokham Sarmxok, qui a eu notre préférence pendant ce séjour sur l'île. Délicieux et le patron est tellement gentil !
C'est le premier restaurant à gauche du pont, Tokham Sarmxok, qui a eu notre préférence pendant ce séjour sur l'île. Délicieux et le patron est tellement gentil !

C'est le premier restaurant à gauche du pont, Tokham Sarmxok, qui a eu notre préférence pendant ce séjour sur l'île. Délicieux et le patron est tellement gentil !

Vers 17 h, nous revenons sur l’autre rive où nous craquons pour une glace au chocolat avant de voir arriver les buffles qui viennent immanquablement se désaltérer dans le Mékong, tous les soirs au même endroit.

Sur le pont, de nombreux touristes profitent du coucher de soleil.

LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos

5 février 2020 :

Nous louons deux vélos à la guesthouse et retournons aux chutes de Liphi pour tenter de voir ces pêcheurs qui risquent leur vie en lançant leur filet dans l’eau bouillonnante. Nous en croisons un qui remonte parmi les rochers, son filet à la main. Nous avançons encore plus loin et découvrons d’autres cascades. Il faut être très prudent si l’on se baigne à la petite plage en fin de parcours car les courants sont très forts et les accidents mortels fréquents.

LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos

Un peu plus tard, nous parcourons un long sentier, parfois sablonneux, pour rejoindre les cascades de Khone Pa Soi. Hélas, il ne subsiste qu’un maigre filet d’eau. Déception… Nous retrouvons avec plaisir Alexia et Gabriel, nos voisins de chambre à Banlung, chez Thyda. Nous décidons d’aller déjeuner ensemble au Tokham Sarmxok. Et voilà que je chute de mon vélo sur le chemin de retour ! Plus de peur que de mal, juste des écorchures à l’arrière du talon et de la cheville. En arrivant au restaurant, le patron, voyant mes « blessures », accourt pour désinfecter cela à grand coup de… lao-lao ! Ca pique !!! Et sa femme, voyant la peau écorchée, vient la couper avec un coupe-ongles, et... nouvelle dose de lao-lao !

 

Les chutes d'eau sont à sec, mais le long du sentier, les scènes de vie se succèdent.
Les chutes d'eau sont à sec, mais le long du sentier, les scènes de vie se succèdent.
Les chutes d'eau sont à sec, mais le long du sentier, les scènes de vie se succèdent.
Les chutes d'eau sont à sec, mais le long du sentier, les scènes de vie se succèdent.

Les chutes d'eau sont à sec, mais le long du sentier, les scènes de vie se succèdent.

6 février 2020 :

Ce matin, c’est à pied que nous faisons le trajet jusqu’à la rue commerçante de Don Det. Nous découvrons de jour, le parcours effectué en pleine nuit le soir de notre arrivée. C’est l’occasion d’agréables rencontres tout au long du chemin. 

LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéosLAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos

Nous réservons un tuk-tuk pour nous rendre dans l’après-midi aux chutes de Phapeng. Nous déjeunons dans un restaurant indien d’un délicieux dal, dosa et nan.

13 h, nous traversons une nouvelle fois le Mékong et le tuk-tuk nous attend sur la rive opposée. Après une trentaine de minutes de trajet en direction du Cambodge, nous accédons au site des chutes appelées le Niagara du Mékong. Le niveau d’eau ne permet pas vraiment la comparaison mais le spectacle est malgré tout magnifique.

LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos

Les pêcheurs sont là, sur les rochers,  en tongs et équilibre instable, jetant leurs filets dans le courant et les remous.

LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos

Retour à Don Det : nous demandons à notre conducteur de barque de nous rapprocher de l’autre bout de l’île, il nous laissera environ au centre. Le trajet au milieu des îlots est particulièrement agréable, offrant un autre visage, plus intimiste, du Mékong à cet endroit là.  Partout, le soir, les enfants cherchent des escargots ou de petits poissons en mettant le visage dans l'eau. Nous finissons à pied avant d’aller diner pour la dernière fois au Tokham Sarmxok.  Allez, une photo souvenir avec mon restaurateur infirmier préféré !

 

LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
LAOS, carnet de route : les 4000 îles et quelques vidéos
Commenter cet article